Choisir un séjour linguistique comme vacances?


 

Le séjour linguistique constitue sans doute le meilleur moyen de compléter son apprentissage d’une langue étrangère tout en étant dans un pays étranger. Il est vrai que posséder les bases avant de se lancer semblera plus confortable, mais certains, courageusement, n’hésitent absolument pas, se rendent dans le pays élu et arrivent à se débrouiller, à se faire comprendre et... à comprendre. Si l’on possède une pratique déjà correcte de la langue et une approche de la culture du pays, cela peut représenter un avantage.



Par le principe de l’immersion complète, le séjour linguistique possède des atouts certains : très concrètement, il force à établir les contacts quotidiens, habituels, qui constituent la vie courante, que ce soit pour l’hébergement, les achats, le stage ou l’emploi, les études si celles-ci font partie du contrat d’accueil, le transport et toutes les relations humaines qui se créent entre les différents acteurs...

Les notions de vocabulaire, hésitant au début du séjour linguistique, font place à une aisance étonnante très rapidement, bousculant le classique apprentissage que l’on peut recevoir lors des cours d’enseignement de langue dans son pays d’origine (établissement scolaire ou formule d’apprentissage plus rapide, pour adultes par exemple). Les termes appris évoluent, car la langue parlée couramment dans ce pays d’accueil, ou spécifique à la ville d’accueil, s’éloigne parfois de la pure théorie, le côté pratique est renforcé... L’on acquiert très rapidement la facilité d’accès aux langages plus spécifiques : l’abord des termes techniques, le déchiffrage des textes dans les petites annonces, par exemple, les consignes des transports en commun...

Tout ceci évolue avec une très grande aisance pour l’expatrié. Culturellement, l’immersion créant l’osmose permet de renforcer l’approche sommaire des débuts, et pour toutes ces raisons le séjour linguistique constitue sans doute le meilleur outil d’intégration et d’apprentissage et, dans la plupart des cas, ils est considéré comme positif par ceux qui l’ont tenté, au point que nombre d’entre eux refusent pratiquement de rentrer chez eux au terme du séjour...